Pleine conscience

De quoi ai-je besoin ?

Cette question peut sembler très simple, et pourtant, il n’est pas toujours si facile d’y répondre.

Je vous propose d’essayer, là tout de suite. En vous posant la question à vous-même et en y répondant avec honnêteté et bienveillance.

Parfois, c’est limpide : « J’ai besoin d’une pause de quelques minutes », « J’ai besoin de repos » ou « J’ai besoin de voir du monde ». Mais attention ! Ce n’est pas parce que nous en prenons conscience que nous arrivons facilement à nous accorder cette pause, ce repos ou cette sortie 😉 Souvent, notre mental intervient alors avec des pensées du type « On va me prendre pour un.e flemmard.e », « Je peux bien attendre encore un peu » ou « Qu’est-ce que les autres vont penser de moi si je fais ça ? ». Cela reflète notamment les conditionnements que nous avons reçus depuis notre enfance.

D’autres fois, la réflexion va plus loin : « J’ai besoin de changer de voie professionnelle », « J’ai besoin de mettre un terme à cette relation qui ne me convient plus » ou « J’ai besoin de déménager », par exemple. Identifier ces besoins représente la première étape indispensable à tout changement, mais entraîne aussi généralement son lot d’interrogations, de peurs et de croyances limitantes, qui rendent la mise en œuvre du changement beaucoup plus difficile qu’on ne pouvait l’imaginer au départ.

Comme je vous l’expliquais dans cet article du 6 juillet 2021, la méditation, si elle est pratiquée régulièrement, nous permet de prendre conscience de toutes ces pensées, ces émotions ou ces jugements, et de les mettre à distance. Ce qui, vous l’aurez compris, se révèle fort utile dans ce type de situation 🙂

En fait, la question « De quoi ai-je besoin ? » invite à se reconnecter à soi et à ses besoins profonds. Voilà pourquoi elle est au cœur de l’autocompassion, cette capacité à s’accompagner soi-même comme on accompagnerait son meilleur ami. En apprenant à se poser régulièrement cette question qui semble anodine, et à mettre en œuvre les réponses qui en découlent, on cultive donc la douceur et la bienveillance envers soi. Sans attendre que cela vienne des autres. Une manière très concrète d’être à l’écoute de soi-même et de prendre soin de sa personne.

Alors, de quoi avez-vous besoin, là tout de suite ?

📷 Taisiia Stupak / Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.