Pleine conscience

Idées reçues sur la méditation – Partie 1

On a tous dans un coin de notre tête des croyances qui nous bloquent et nous empêchent de passer à l’action 🤔
Lors de mes ateliers, et en échangeant régulièrement avec mes proches, je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal d’idées reçues sur la méditation.

Je vous propose donc de faire un point sur elles dans les semaines qui viennent pour rétablir la vérité, rien que la vérité, et surtout vous faire prendre conscience que la méditation n’est pas réservée aux gourous ou au Dalaï-Lama 😁

IDÉE REÇUE N°1 SUR LA MÉDITATION : J’AI TROP DE PENSÉES

Vous avez souvent l’impression d’être en mode “pilote automatique”, balloté à droite à gauche par votre mental, ou d’avoir tellement de choses dans la tête que réussir à vous concentrer plus de quelques secondes d’affilée vous demande un énorme effort ? 😵

La bonne nouvelle, c’est que vous n’êtes pas seul 😊

L’année dernière, les résultats d’une étude menée par des psychologues de l’université de Queen’s, au Canada, ont révélé que nous aurions en moyenne 6200 pensées par jour 😱

C’est donc tout à fait NORMAL d’avoir des milliers de pensées qui vous occupent l’esprit au quotidien.

La grande question est : que faire de ces pensées ?

Soit se laisser embarquer par elles, avec comme conséquences possibles une déconnexion de ses besoins profonds, de la rumination, de l’impulsivité ou tout simplement une grande fatigue 😰😈😴

Soit – et c’est là où la méditation intervient – prendre conscience qu’elles sont là en choisissant, si on réalise qu’elles nous emmènent ailleurs, de les laisser passer comme des nuages poussés par le vent 💨 Naturellement, sans rien forcer.

Comme l’explique si bien Matthieu Ricard dans le livre À nous la liberté ! (L’Iconoclaste – Allary Éditions), “dans la méditation, au lieu d’être emporté par le courant, on s’assied au bord de la rivière d’où l’on regarde l’eau couler”.

Vous l’aurez compris, l’immense valeur ajoutée de la méditation réside dans la possibilité de revenir à soi, à son corps, à ses besoins et à l’instant présent. N’importe quand.

Et plus on pratique, plus ça devient facile, même en plein tumulte ou en pleine crise.

Si vous pensez encore que ce n’est pas à votre portée, laissez-moi vous démontrer le contraire dans mes prochains articles ou ateliers 😉

À très vite 👋

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share